#OrientationForGood : réparer l’orientation professionnelle.

#OrientationForGood : réparer l’orientation professionnelle.

Le 14 septembre 2022, l’association d’égalité des chances Tu feras quoi plus tard ? lance le mouvement #OrientationForGood afin de rendre l’orientation professionnelle plus inclusive.

Surmonter les défis du siècle grâce à l’orientation professionnelle.

Les initiateurs du mouvement #OrientationForGood sont convaincus d’une chose : pour faire face aux défis du siècle, comme le dérèglement climatique, l’érosion de la démocratie ou les crises sanitaires, nous devons créer une société sereine. C’est-à-dire une société où chacun se sent accepté, quelle que soit sa différence. Car dès lors que les personnes sont en phase avec leur environnement, elles peuvent se consacrer plus facilement aux causes collectives, de plus grande ampleur.

Pour y parvenir, nous devons réparer le système d’orientation professionnelle. « Ce système d’orientation a été créé il y a 100 ans« , explique Armand Cosseron, président de Tu feras quoi plus tard ?. « Il était peut-être adapté à l’ère industrielle mais, de toute évidence, a une longueur de retard lorsqu’on regarde les enjeux économiques, sociaux et environnementaux. »

En effet, de plus en plus de Français envisagent de se réorienter, représentant un coût de 500 millions d’euros pour la France et un enjeu social quand on sait que les classes populaires ne peuvent pas toujours réaliser leurs souhaits de reconversion professionnelle.

#OrientationForGood : faire remonter les besoins du terrain.

La base d’#OrientationForGood est la participation et la mobilisation générale. Il s’agit d’un véritable défi : bien que l’orientation professionnelle nous concerne tous, ça reste un sujet peu présent dans le débat public. « En rencontrant une multitude d’acteurs de l’orientation, souvent porteurs d’initiatives locales et ancrées sur le terrain, nous avons réalisé une chose : ils agissent souvent en partageant les mêmes constats de départ. Pourtant, leur concentration sur le déploiement de leurs projets les empêche de porter le plaidoyer au niveau national. Nous souhaitons également être leur porte-voix, à travers #OrientationForGood » raconte Farah Zaoui, secrétaire générale de l’association.

Ainsi, la solution digitale sera ouverte jusqu’au 2 novembre, permettant à chacun de partager ses propositions pour améliorer le système d’orientation en France et le rendre plus inclusif. Des temps d’échange hebdomadaires permettront de creuser certaines idées et de mettre en perspective les différentes propositions. L’objectif est de pouvoir dresser début 2023 un ensemble de propositions concrètes et de porter les plus plébiscitées auprès des interlocuteurs pertinents.

« Nous ne savons pas encore s’il s’agira de ministres, de directeurs d’établissement ou peut-être de parents d’élèves ? » s’interroge Romain Deng–Guéret, trésorier de Tu feras quoi plus tard ?. « C’est aussi ça qui est enthousiasmant ! Nous avançons vraiment de manière collective, sans a priori, afin de trouver les solutions qui reflèteront le mieux possible les besoins identifiés par les participants. »

#OrientationForGood : un travail d’équipe.

Pour garantir le succès de l’opération, il est essentiel d’agir de manière collective. Les membres de Tu feras quoi plus tard ? vont avancer de pair-à-pair avec d’autres acteurs de l’orientation et de l’égalité des chances. Enseignants, élèves, parents d’élèves, proviseurs, CPE… L’ensemble du monde de l’éducation est invité à s’exprimer à travers cette consultation nationale. Mais elle s’ouvre également aux coachs, recruteurs, jeunes diplômés… En réalité, toute personne qui se sent concernée par ces sujets peut contribuer.

« C’est essentiel que chacun s’approprie cette consultation. Elle s’inscrit dans la continuité de travaux déjà portés par d’autres organisations et va permettre de les prolonger. Depuis des mois, nous allons à la rencontre des acteurs de l’orientation pour identifier leurs besoins. Cette consultation est l’opportunité pour tous de contribuer à une orientation 100% inclusive, qui cherche à intégrer les personnes différentes plutôt qu’à les faire rentrer dans un moule qui ne leur correspond pas. » conclut Romain Deng–Guéret, trésorier de Tu feras quoi plus tard ?.

#OrientationForGood : infos pratiques.

«
«